« Je dirais que, si de futurs jeunes hésitent encore à partir et à tenter cette expérience, il faut vraiment foncer et le faire sans hésiter. »

Brookfield, Wisconsin. Séjour de 10 mois.

Je suis partie le 21 août de Bruxelles, pour d'abord passer un week-end à Chicago (offert par l’organisateur Nacel), qui fut un week-end génial, parce que, étant cinq Belges à partir le même jour, on a pu apprendre à se connaître et passer de bons moments, tout en visitant Chicago. Ensuite, le dimanche j'ai pris le car jusqu’au Milwaukee, où ma famille m'attendait (apparemment impatiemment), pour ensuite m’emmener dans leur magnifique maison, située à Brookfield, donc dans le Wisconsin.

Au début, malgré leur générosité et leur gentillesse, ce fut difficile, parce qu'il fallait trouver de quoi parler avec eux, et puis, il faut s'habituer à leur accent et à leur rythme, mais petit à petit, on commence à partager des moments de complicité, à rigoler ensemble... De plus, ils adorent voyager, ce qui est mon cas aussi, donc ils m'ont déjà emmenée dans plusieurs villes pour visiter et prendre des photos. Sinon, ils me font découvrir leur culture, qui est très différente, ainsi que leurs plats typiques. Je vais régulièrement à la salle de sport avec ma mère d’accueil, ce qui est plutôt bien niveau rapprochement. Maintenant cela fait un peu plus d'un mois que je suis ici, et je pense que je commence petit à petit à m'attacher à eux, et à bien m'intégrer. Surtout que l'autre jour je parlais avec la mère et elle m'a dit qu'ils m'aimaient bien, ce qui est plutôt une bonne chose. Donc voilà, je pense que les prochains mois ne peuvent que m'être favorables...

Je vais avec ma soeur d’accueil à Brookfield Central High School, qui est une très grande école. C'est sûr qu'il y a énormément de différences par rapport à mon ancienne école, du genre les casiers déjà, puis le fait qu'il y ait plein d'équipes de sport dans l'école et que donc les étudiants peuvent faire ce genre d'activités avant ou après l'école ou aller aux différents clubs (français, allemand,etc.), au club d'art dramatique (dans lequel j'ai d’ailleurs réussi à entrer), à la cantine (et non il n'y a pas que des trucs gras dans les cantines américaines), où il y a de la musique pendant la pause du midi le vendredi, profiter des ''smarts boards '' dans toutes les classes, etc. Au niveau de la grille horaire, je n’ai que quatre cours différents par jour, et je les ai tous les jours pendant plus ou moins trois mois. Après on change de cours. Mais ce qui est bien, c'est que les profs sont très ouverts et donc à la moindre hésitation ou au moindre problème, il suffit de leur demander et ils essaient dans tous les cas de nous aider.

J’ai commencé à me rapprocher de certain(e)s Américain(e)s, dans mes différentes classes, ainsi qu'au lunch... J'ai d'ailleurs été faire du shopping avec un groupe d'amies ce vendredi pour trouver les dernier(e)s robes et accessoires manquant(e)s pour mon Homecoming.

Je me suis assez rapidement habituée à ma nouvelle vie. Je commence à bien connaître les environs, à connaître les habitudes de ma famille, à parler de temps en temps avec les voisins (quand je les vois), ainsi qu'avec mes profs de sport, etc

J'ai plusieurs anecdotes dont je pourrais vous faire part. Déjà le fait que les Américains n'ont aucune gêne, du genre ils pètent en public sans s'excuser ou être gênés, ou alors quand je vais à mon club de sport, je me crois dans un centre naturiste, parce que du fait qu'on peut se laver là-bas, je vois régulièrement des femmes se promener dénudées... C'est assez gênant au début. Et puis ''The anecdote '' est que, je suis une Belge, partie aux États-Unis, et au lieu de tomber amoureuse d'un Américain (comme beaucoup d'étudiants projettent de le faire), moi je suis tombée amoureuse d'un autre Belge. Comme quoi, on reste fidèle à sa nation !

Je dirais que, si de futurs jeunes hésitent encore à partir et à tenter cette expérience, il faut vraiment foncer et le faire sans hésiter parce que cela vaut vraiment le coup ! Ça ne fait qu'un mois que je suis ici, et je m'imagine déjà mal devoir rentrer en Belgique.